La passagère du silence

« Je compare la vie d’un homme à la terrifiante beauté d’un bonsaï ou d’un vieux pin sur les récifs en bord de mer, qui a pris les plis du vent avec le temps. On le juge beau à l’automne de sa vie, mais quel sacrifice a-t-il du accepter pour pousser ainsi ?

S’il a connu un destin singulier, c’est que, dès sa tendre enfance, il a été éprouvé par les tempêtes, balloté par les vents, les intempéries de toutes sortes. Déraciné, transporté d’un milieu à un autre, subissants les affres d’acclimatations bizarres, il n’est plus jamais à l’aise ni dans un lieu ni dans un autre… il recherche alors, forcément, inlassablement, l’unité primordiale perdue.

Rien ne sert de régler ses comptes avec ses proches, ses amis, les institutions, une époque ; eux-mêmes sont devenus ce qu’ils sont par réaction aux forces brutales, aux persécutions reçues, et cela depuis la nuit des temps. »

Fabienne verdier – passagère du silence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s