Les amies de ma mère

 

Les amies de ma mère

Certains samedi quand il pleuvait

Et que la ville se taisait

Ma mère, souvent faisait venir quelques amies

Pour faire salon, et prendre le thé

Et quand elles sonnaient, c’était moi

Qui leur ouvrais à chaque fois

Elles souriaient, elles étaient belles, elles sentaient bon,

Les amies de maman

Elles s’asseyaient élégamment

Sur le sofa évidemment

Croisant les jambes et laissant voir comme il se doit

Le haut de leurs bas, oh là là !

Je m’installais un peu plus loin

Avec une BD dans les mains

Lucky Luc n’avait pas beaucoup plus que Tintin

Leurs arguments, c’est certain.

Quand sur la table m’attendaient

Une limonade, un macaron

Elles me faisaient une petite place à leur côté  

Je m’y glissais, c’était bon

J’étais enfin aux premières loges

Je ne devrais pas vous dire ça

Mais quand elles me frôlaient l’épaule

J’étais un homme, croyez moi

Mais dehors la nuit s’éveillait

Et toute la ville s’éclairait

Elles se levaient en promettant de revenir

Un samedi, pour le thé.

Arrivées dans le vestibule

Elles se penchaient pour m’embrasser

Qu’il est mignon ce petit ange

Et bien innocent qu’elles disaient

Qu’il est mignon ce petit ange

Et bien innocent qu’elles disaient

Une réflexion sur “Les amies de ma mère”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s