Moi, moi, moi

«Moi, moi, moi, quand j’ai dis trois fois moi, j’ai honte de moi.»

marco-ferreri
Marco Ferreri (1928-1997)

Ces propos, prononcés par Marco Ferreri, le réalisateur du film « la grande bouffe », interviewé sur France Inter il y a plus de 20 ans, résonnent encore dans ma tête après toutes ces années. Nul pourtant ne saura jamais si cette phrase était sincère ou l’expression du cabotinage d’un artiste. La fausse modestie est si facile à vendre, alors pourquoi s’en priver si ça peut rapporter un peu d’empathie, un peu d’amour du public, et pourquoi pas un peu d’argent. Mais je suis mauvaise langue diront les bonnes âmes. Il ne faut pas toujours penser à mal. Et bien si, justement, et j’en ferai le thème de mon prochain billet dont le titre sera, je vous le donne en mille : ce que j’adore détester. Tout un programme.

Une réflexion sur “Moi, moi, moi”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s