Quand le papa remplace le père 

J’appelle un garagiste concernant une réparation sur la voiture de ma fille âgée de 26 ans.

L’homme décroche le combiné :

⁃ Allo, oui ?
⁃ bonjour monsieur je suis le père d’H…
⁃ Ah bonjour monsieur, alors vous êtes son papa ?
⁃ Oui, je suis son père.


Ce début de conversation me plonge dans un océan de perplexité. Pourquoi cet homme tenait il absolument à ce que je sois le « papa » de ma fille. En regard de l’état civile je suis son père et c’est suffisant. Sait il seulement si ma fille en privée m’appelle « papa », « père », ou me nomme par mon prénom? Sait il si elle me tutoie ou me vouvoie ?

Au risque de paraître rabat-joie je pense qu’un certain vocabulaire appartenant au registre affectif, notamment celui de l’enfance , s’est  répandu sournoisement dans nombre de nos rapports sociaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s